A l’Hôtel de Lille, on rêve de vous offrir des moments ressourçants et des nuits reposantes.

Mue par la volonté que vos nuits soient aussi belles que vos jours, voici quelques conseils et données. Votre sommeil nous intéresse et c’est tout naturellement que nous avons interviewé le Docteur Joëlle Adrien, Présidente de l’Institut National du sommeil et de la vigilance, neurobiologiste et directrice de recherches à l’INSERM pour vous donner tous ses conseils et partager ses recherches. « Le sommeil compte parmi les dimensions essentielles de la santé et du bien être » Pourtant nombreux sont ceux pour qui bien dormir reste un problème difficile qui retentit sur leur vie de tous les jours. A L’Institut National du Sommeil et de la Vigilance que je préside nous effectuons un suivi annuel pour identifier les difficultés et proposer des solutions au quotidien. »

S’endormir, telle est la première question et le point de départ et ensuite comment se rendormir ?

Prés de 43% des français ont du mal sur les deux tableaux.
« Sur l’écran noir de mes nuits blanches… » Quels peuvent en être les facteurs mais aussi les solutions ? La consommation quotidienne de caféine, du petit café serré aux sodas, se répercute dans la durée au sommeil. 70% des français, et ils ne sont pas les seuls, en consomment tous les jours et les consommateurs se rangent en tête de ceux qui ne dorment que six heures ou moins par nuit et présentent davantage de troubles du sommeil.
« C’est le cercle vicieux du mauvais sommeil. On lutte contre les conséquences du manque de sommeil (Somnolence, fatigue, difficulté de concentration) en buvant café, thé, coca ou autres ce qui provoquent un décalage de l’endormissement et augmente les risques de réveil nocturne. Donc à consommer avec modération. »

Pour mieux vivre, mieux dormir et réciproquement, il faut adopter des rythmes réguliers et limiter les grasses matinées et les siestes prolongées. Se dire je récupère le week-end en faisant une "grasse mat" n’est pas une bonne stratégie. Eh oui, le sommeil du matin est moins réparateur que celui de la nuit. Dés le petit matin notre corps suit son chemin et sa température augmente pour sécréter "l’hormone du stress", le cortisol. On le sait mais comment changer sans s’ennuyer se lever plus tôt ? La révélation est que dormir est loin d’être un ennui mais un plaisir. Alors pourquoi dort-on de moins en moins ? Pas pour rire, faire la fête ou l’amour mais par peur d’être déconnecté.

« On va au lit pour s'engager dans une activité sur écran et non plus simplement pour dormir, ce qui est particulièrement la caractéristique chez les jeunes. L’importante durée d’exposition à la lumière des écrans occasionne un retard de phase. Les connexions, réseaux sociaux, sms ou autres mails, y compris jusque dans le lit avant de dormir, génèrent une excitation cognitive tout à fait préjudiciable au sommeil. Les messages souvent anxiogènes et l'essor des séries télévisées aggravent la situation. Respecter un "couvre-feu digital", 1h au moins avant de se coucher, s’impose pour mieux dormir » souligne le docteur Joëlle Adrien. « Nous vivons dans l'instantanéité et cette pression de la perpétuelle réactivité nous tue à petit feu ou plutôt à petites lumières sur les écrans. »

A propos de lumières le Professeur Joëlle Adrien nous donne les siennes.

La lumière est essentielle à notre bio rythme, elle nous nourrit ou manque à notre équilibre. Gérer son sommeil et lutter contre le Jet Lag ou les insomnies, c’est gérer la lumière.
Celle qui est en nous… mais aussi celle que l’on subit.
La lumière après le coucher du soleil est un perturbateur endocrinien. « Aujourd'hui, nous sommes constamment happés par un signal lumineux, quel que soit le moment en particulier des lumières blanches, des LED, et des écrans. Cela explique peut-être qu’en un siècle, nous ayons perdu 1 à 2 heures de sommeil. »

Ecrans, ordinateurs, leds, cette lumière bleue avant de dormir ou lors d’un réveil nocturne nous agresse littéralement. Les stars l’ont bien compris avec leurs lunettes de soleil ! Enfin ceux qui ont une activité physique régulière ou une vie en plein air dorment mieux. « Exercer une activité physique est un gage de bon sommeil. Il n’est pas nécessaire de se rendre dans une salle de sport, à la piscine, au tennis ou autre activité sportive organisée. La marche d’un pas vif constitue un excellent exercice. Ce qui compte, c’est la régularité : au moins 30 minutes tous les jours ou presque et un peu plus longtemps le week-end. »

En résumé pour mieux dormir et donc mieux vivre : soyez doux avec votre horloge biologique. Laissez-vous un vrai temps pour dormir et rêver.

 

Institut du Sommeil

Docteur Joëlle Adrien